Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/06/2012

About Barack

barack obama,etats-unis,illinois,john kerryIl porte en lui un espoir trop grand pour son costard. En étant le premier Noir de l’histoire à occuper le bureau ovale, Barack Obama a lavé l’honneur de Rosa Parks et Martin Luther King, dont les rêves prenaient forme dans les larmes du révérend Jesse Jackson le jour de l’investiture 2008. Oui, il a pu, sur sa route, écarter Hillary Clinton. Oui, il a pu, sur sa route, écarter le désavantage de l’absence d’expérience. « Yes, he can ! » clamaient ses partisans. Et oui, il l’a fait.


Mettant fin au calvaire de G.W.Bush dont les derniers mois de présidence ne furent pas une sinécure, Barack Obama a investit la Maison-Blanche avec sa femme Michelle et leur deux filles, Malia et Sasha.

barack obama,etats-unis,illinois,john kerry

Barack Hussein Obama assume sans complexe son deuxième prénom, brandit par ses détracteurs comme une preuve qu’un homme de couleur est toujours un peu trop musulman et, sous-entendu, extrémiste pour occuper la fonction suprême du Monde Libre. Mauvaise pioche : l’homme multiplie les origines et les étiquettes pour n’en porter aucune à la perfection : né à Hawaï, d’une mère américaine et d’un père kenyan, il grandit en Indonésie. Columbia puis Harvard feront de lui un avocat, de ceux qui mettent leurs premières années de travail au service des moins nantis. Direction les quartiers sud de Chicago, où les pasteurs chrétiens avec lesquels ils travaillent le surnomment ‘Baby Face’. Il y découvre la foi et choisit la religion protestante au sein de l’Eglise Unie du Christ. Ses premiers pas en politique, il les fera en 1996, année de son élection comme sénateur de l’Illinois. 8 ans plus tard, il rejoint le Sénat des Etats-Unis.

 

Il sort de l’ombre en 2004, à l’occasion d’un discours lors de l’investiture de John Kerry, candidat malheureux à la présidence face à G.W.Bush. On dit alors du jeune Barack Obama qu’il électrise la foule. Il a déjà, en lui, le charisme qui le mena à la victoire 4 ans plus tard. Il en appelle à l’audace de ses compatriotes, faisant référence à « un petit garçon maigrelet au nom bizarre qui à l’audace d’espérer qu’il y a une place pour lui en Amérique ».

  « Les gens n’attendent pas du gouvernement qu’il résolve tous leurs problèmes mais ils savent que l’on peut faire mieux » déclarait-il en 2004. 3 ans et demi plus tard, l’espoir a laissé la place à un arrière-goût légèrement aigre pour ceux qui voyaient en Barack Obama l’homme providentiel. Guantanamo est toujours debout. Les soldats US ont quitté l’Irak mais sont toujours en Afghanistan. La Palestine n’est toujours, aux yeux du monde qu’un ‘territoire palestinien’. Les USA ont perdu le sacro-saint triple A. Mais les Américains disposent d’une couverture santé plus large qu’ils n’en ont jamais eue. Oussama Ben Laden est mort. Les préférences sexuelles des militaires ne doivent plus être cachées et honteuses. Le défaut de paiement n’a pas eu lieu.

 Un premier mandat en quelques lignes qui donnent une idée d’une politique qui en a déçu certains, qui en a partiellement satisfait d’autres, qui fait peur aux plus conservateurs et qui ne va pas assez loin pour les partisans d’une vraie gauche aux USA.

barack obama,etats-unis,illinois,john kerry

 Une présidence qui a démarré sur des chapeaux de roue, avec notamment un Prix Nobel de la paix … ‘à acquérir’. Qui se termine doucement, sans heurts. Qui redémarre pour  4 ans ? A voir.

 

 

 

 

Caroline Grimberghs

 

Les commentaires sont fermés.