Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/07/2012

Roadway out of the White House

1.jpg

"Des connaissances exceptionnelles": tel est le nom de l'émission que mène Peter Robinson depuis plus de 15 ans. Objectif: assoir des invités fascinants et accomplis face au journaliste et discuter avec eux des grands enjeux de l'époque. Cette semaine, un invité d'exception qui est l'une des rares personnes pouvant aujourd'hui témoigner de son expérience: il a vécu 8 ans à la Maison-Blanche avant de tenter de retrouver son anonymat. George W.Bush aborde ses souvenirs présidentiels.


Ces invités sont généralement ceux qui, dans leur domaine, ont été le plus loin, le plus haut, ont partagé leur secret avec les grands de ce monde, dans des circonstances exceptionnelles que peu sur Terre peuvent se targuer de connaître. Leur permettant, en retour, de partager avec Peter Robinson et ses téléspectateurs, 'des connaissances exceptionnelles'.

Ancien porte-parole du Président Reagan, Peter Robinson n'est pas peu fier de son oeuvre, ouvertement conservatrice dans les thématiques abordées: "Des conversations sans hâte, civilisées, éclairées - voilà ce que nous proposons. Et peu le font aujourd'hui" se réjouit-il. Diffusée en télévision à partir de 1997, l'émission est désormais exclusivement accessible en ligne. Cette semaine, un invité d'exception qui est l'une des rares personnes pouvant aujourd'hui témoigner de son expérience: il a vécu 8 ans à la Maison-Blanche avant de tenter de retrouver son anonymat. George W.Bush aborde ses souvenirs présidentiels.

"L'un de mes modèles n'est autre qu'un ancien Président: George H.W. Bush [son père]. Quand il a quitté la scène, il est resté hors des feux de la rampe. J'ai décidé, après ma présidence, qu'être hors de la scène était une situation avec laquelle j'étais confortable. Il n'y a qu'un sacrifice quand on est Président: la perte de l'anonymat. J'essaie de le retrouver et je ne veux vraiment plus d'une vie publique désormais".

bush,maison-blanche,hoover institution

Celui qui fut président de 2000 à 2008 reconnait malgré tout les avantages de la fonction: "Ces 8 années étaient extraordinaires. J'atais célèbre et puissant. Mais je n'ai plus de désir de célébrité ou de puissance aujourd'hui. Et la vie après la présidence est extraordinaire aussi". De plus, George W.Bush ne veut surtout pas être dans les pattes de son successeur: "Je crois qu'il est mauvais pour une présidence, quelle qu'elle soit, d'avoir à gérer d'anciens présidents qui parlent et disent aux autres ce qu'ils doivent faire".

Interrogé sur la puissance des Etats-Unis, celui qui dirigea le monde libre pendant près d'une décennie est admiratif: "C'est un pays génial. Nous sommes un pays formidable. Les Etats-Unis vont continuer à être le leader économique du monde et, espérons le, un leader des 'causes justes (...) Le 21e siècle, comme le 20e, sera aussi 'the American century'. Nous retrouverons le faste que nous avions" prédit-il.

Les commentaires sont fermés.