Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/09/2012

Obama: "Let's go win!"

obama,convention,charlotte

"J'espère que je vous ai rendu fièrs. Allons gagner maintenant!" C'est par ces mots que Barack Obama s'est présenté à sa mailing list ce vendredi matin, au lendemain de son discours d'investiture. Introduit par Michelle Obama, Barack a électrisé la tribune pendant 40 minutes. Les drapeaux américains agités avec vigueur par la foule du Times Warner Arena, des femmes aux yeux déjà humides d'émotions avant même que le Président ne prenne la parole: si la météo a forçé Barack Obama a se présenter devant 20.000 personnes plutôt que 75.000, l'équipe de campagne ne s'est pas laissée abattre et s'est assurée que l'ambiance serait au beau fixe. L'accent est mis sur le choix, le bon, que doivent faire les Américains dans quelques semaines. Sur le futur qu'ils pensent mériter et que Barack Obama veut leur offrir. Sur la citoyennenté, enfin, que les Démocrates entendent incarner.

Toutes les vidéos des conventions démocrate et républicaine

Toutes les images de la convention démocrate


obama,convention,charlotteIl a commencé par quelques 'merci', acclamés par des milliers de "4 ans de +". Le ton était donné. Tous, ici, veulent qu'il rempile. Entourée de ses deux filles, Michelle Obama a eu droit à ce que beaucoup de femmes rêvent d'avoir: une déclaration d'amour en bonne et due forme devant le monde entier: "Il y a quelques jours, tout le monde s'est rendu compte quel homme chanceux je suis" a déclaré Barack Obama en référence au discours tenu par son épouse au premier jour de la convention. Avant de s'adresser à ses filles: "Malia et Sasha, nous sommes si fiers de vous! Mais, oui: vous devez aller à l'école demain matin". Il maitrise son rôle à la perfection: un Président humble, normal, proche des gens.

obama,convention,charlotte

Il a ensuite adopté la stature de candidat et de Président pour s'adresser à la foule, leur parler d'espoir: celui qu'il avait soulevé lors de son discours mémorable de 2004 (à voir ici) qui avait fait de lui l'une des étoiles montantes de son parti, l'espoir qu'il avait appelé de ses voeux en 2008 le menant à la Maison-Blanche et l'espoir mis à rude épreuve ces 4 dernières années et qu'il défend, encore et toujours en 2012. "Je sais que la campagne peut parfois paraître ridicule: des fadaises prennent des proportions incroyables, des problèmes sérieux et les vérités disparaissent sous une avalanche d'argent et de spots publicitaires. Mais si vous en avez marre de m'entendre dire 'J'approuve ce message' [Ndlr: phrase qui ponctue chaque pub émanant du camp démocrate], croyez moi, j'en ai marre aussi!". Barack Obama a alors appelé ses supporters à voter sans penser à tout cela mais à toutes les décisions qui seront prises lors du mandat présidentiel en terme d'économie ("remettre plus de gens au travail"), d'éducation ("une passerelle vers une vie meilleure") ou encore d'environnement. ("les catastophes natuelles ne sont pas une blague!").

En tant que démocrate, une référence même sibylline à John Fitzgerald Kennedy est toujours bonne à prendre: Barack Obama s'en est acquitté après quelques 30 minutes de discours déclarant: "En tant que citoyens américains, nous comprenons que cette démocratie est la nôtre, que nous avons des responsabilités autant que des droits. Nous comprenons que l'Amérique, ce n'est pas ce que l'on peut faire pour nous mais ce que nous pouvons faire pour le pays".

obama,convention,charlotteSoutenu par des pancartes annonçant: 'Ben Laden est mort, General Motors est vivant: Réveillez-vous!", Barack Obama a réclamé: "Aidez-moi, aidez-nous à atteindre nos objectifs. Vous pouvez choisir ce futur pour l'Amérique. C'est notre futur." Il s'en est ensuite pris à ces adversaires, dénonçant le manque de vision d'avenir des Républicains et leur incompétence en matière de politique internationale: "Ils critiquent la manière dont est gérée l'Amérique mais ne disent pas ce qu'ils feraient différemment. Ils veulent votre voix mais ne veulent pas que vous connaissiez leur plan" dénonce-t-il. "Je ne vais pas vous dire que le chemin que je propose est facile mais je vais vous dire la vérité: il faut plus de 4 ans pour résoudre tous les problèmes du pays et nos problèmes peuvent être résolus. Je vous demande de choisir ce futur".

Et de conclure: "L'élection, il y a 4 ans, ce n'était pas moi, c'était vous. Vous êtes le changement! Je suis très fier de ce que nous avons réalisé ensemble et je suis, encore aujourd'hui, plein d'espoir grâce à vous tous"

Caroline Grimberghs

Un discours à découvrir ci-dessous:


Les commentaires sont fermés.