Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/10/2012

Témoignage - Au pays des indécis, "on est bombardés"

1.jpg

Loudoun County High School, Leesburg, Virginie

Alyson Linville ne répond plus au téléphone. Cinq, six fois par soir, l'appareil sonne dans le vide. A l'autre bout du fil, des partis, des sondeurs, tous obsédés par une question: Alyson votera-t-elle Obama ou Romney ? Cette mère de famille de 49 ans, responsable des relations avec les parents pour le district scolaire local, habite dans un comté indécis dans un Etat indécis au milieu d'une élection indécise.

LIRE AUSSI:

Ça swingue dans les Etats pivots, convoités de tous côtés

Avalanche de courriels de campagne


Leesburg, à une heure de Washington en Virginie (est), est une banlieue aisée, verte et divisée à quasi-égalité entre démocrates et républicains. Rencontrée à un meeting de Mitt Romney, Alyson a voté Obama en 2008; elle avait même décoré sa pelouse d'une pancarte pour le démocrate. C'était il y a quatre ans. Aujourd'hui, elle "regrette de ne pas savoir ce qu'Obama changerait dans un second mandat".

2.jpgLa semaine précédente, elle était à deux pas pour écouter Michelle Obama. Elle a vu Ann Romney, l'épouse de Mitt, en septembre et Barack Obama lui-même en août, dans le lycée du coin. Quatre réunions électorales dans une zone de quelques kilomètres carrés. Le système électoral américain fait que les candidats ne font campagne que dans une dizaine d'Etats les plus disputés sur 50. Le président est en fait élu par des grands électeurs désignés en bloc par Etat.

Ceci explique qu'en mettant de côté la quarantaine d'Etats qui votent toujours démocrate (comme la Californie) et ceux qui votent républicain (Texas), les candidats courtisent les électeurs des Etats qui oscillent d'un côté ou de l'autre, comme cette année encore la Virginie, l'Ohio, la Floride ou la Pennsylvanie et où des fortunes sont englouties pour convaincre les électeurs. Ainsi, en Virginie, les états-majors de campagne d'Obama et de Romney ont déjà dépensé 70 millions de dollars en publicités. Dans l'Etat du Nouveau Mexique (sud-ouest), acquis à Barack Obama: zéro.
 
"Ils n'arrêtent pas de venir", se réjouit Alyson. "On se sent important, on a l'impression d'être le comté clé dans un Etat clé". Voir les candidats de près est un privilège; les entendre dix fois par jour à la télévision, une épreuve. Pour prendre la mesure de l'intensité des sollicitations envers les électeurs du comté de Loudoun, il faut utiliser une calculatrice. Dans la seule semaine où Alyson a vu Mitt Romney, la campagne Obama et ses alliés ont dépensé 4,1 millions de dollars de publicités télévisées en Virginie; Romney, 4,4 millions, selon une base de données du site National Journal.

A cela s'ajoutent les publicités des partis, des candidats au Sénat, du Planning familial et d'une association en faveur du mariage gay, indiquent les relevés de la Sunlight Foundation, une association qui milite pour la transparence des dépenses électorales. Pour le téléspectateur moyen, ces millions se traduisent par des dizaines de spots par jour, concentrés le matin et le soir, au milieu des publicités pour les médicaments et les voitures.

1.jpgQuand Alyson, inscrite comme "indépendante" sur les listes, et son mari, républicain, éteignent la télévision et relèvent leur boîte aux lettres, l'avalanche continue. "On est bombardés. On reçoit au moins cinq brochures par la poste chaque jour. Au moins quatre ou cinq ou six appels tous les soirs. Je dis à mon mari: Ne réponds pas!".

Des armées de bénévoles et de salariés se relaient pour contacter les électeurs comme Alyson, depuis les 27 locaux de campagne Obama de Virginie. Des centaines d'autres téléphonent depuis chez eux grâce à des applications mobiles leur permettant de ne pas payer de leur poche. Chaque conversation est consignée dans une base de données qui recense les personnes susceptibles de voter Obama, et qu'il faudra rappeler pour les inciter à voter en avance, comme la loi le permet, ou le jour J. Mais à l'approche du scrutin du 6 novembre, Alyson hésite encore. "J'aimais vraiment le Romney modéré, je l'aimais beaucoup. Quand il est devenu le Romney extrême, je suis repassée du côté Obama". Mais, ajoute-t-elle, "j'attends qu'il me convertisse".

AFP

17:11 Publié dans International | Tags : virginie, leesburg | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.