Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/10/2012

Que peut-on attendre d’un deuxième mandat de Barack Obama ?

barack obama,aipac,guantanamo

Pierre Guerlain, professeur de civilisation américaine à l’université Paris 10 Nanterre-La Défense, a répondu à nos questions. Si Obama devait être réélu le 6 novembre prochain, quels sont les grands sujets qui pourraient faire la fierté de l'administration démocrate? "Il a été mou et on peut espérer que, dans un 2e mandat, il aura plus de punch" explique Pierre Guerlain, tout en expliquant qu’il n’est pas entièrement responsable de cet immobilisme : "En gros, le Président des Etats-Unis n’est le plus fort du Monde que si tout le monde est d’accord avec lui".


Obama ira-t-il plus loin dans un deuxième mandat ?

Il faut reconnaître qu’Obama a été assez timide face aux Républicains au Congrès pendant son premier mandat. Il a été mou et on peut espérer que, dans un 2e mandat, il aura plus de punch. Au-delà de l’attitude personnelle du Président, il a aussi été bloqué par les institutions qui l’ont forcé à faire machine arrière sur certains sujets. Par exemple, dans le dossier israélo-palestinien, les lobbys pro-israéliens et le Congrès n’ont pas voulu le suivre et il n’a pas pu tout faire tout seul. Sur le dossier de l’assurance-santé, il a du ralentir le rythme parce qu’une partie de son parti n’était pas derrière lui. On peut espérer qu’il aura, pour les 4 prochaines années, s’il est élu, les coudées un peu plus franches pour imposer ce qu’il pense.

Quels sont les freins auxquels il a dû faire face qui ne seront plus là dans un deuxième mandat ?

Etant donné qu’il n’y a plus d’élection présidentielle en vue pour lui [NDLR : le système américain limite à deux le nombre de scrutins présidentiels pour une même personne], il aura moins la tentation de compromis vis-à-vis des Républicains et ne devra pas s’inquiéter de la réélection de son parti. Le candidat démocrate en 2016 pourra, si nécessaire, décider de se démarquer de la politique menée par Obama. Celui-ci a donc moins besoin d’un parti soudé derrière lui que pendant son premier mandat. En réalité, le besoin du parti dépend de l’objet ; en politique intérieure, il en a nettement plus besoin qu’en politique étrangère.

barack obama,aipac,guantanamoQuels sont les freins qui seront toujours là ?

Si les Républicains conservent leur majorité au Congrès [Ndlr : les sondages l’annoncent], les choses resteront très difficiles. En gros, le Président des Etats-Unis n’est le plus fort du Monde que si tout le monde est d’accord avec lui … Par exemple, tuer Ben Laden était illégal mais comme tout le monde soutient le projet, il peut tout mettre en œuvre pour y parvenir sans que personne ne s’y oppose, quelque que soit les questions éthiques que cela pose. Dès qu’il y a un consensus, il peut prendre les décisions facilement. A l’inverse, sur une question comme la loi sur les armes, il ne peut pas lancer quelque chose de fort parce que les autres niveaux de pouvoir l’en empêcheraient. Il peut être plein de bons sentiments mais ne parvenir à aucune action. Il a, par contre, plus de liberté en politique étrangère et pourra essayer de faire évoluer les choses.

Sur quelles thématiques est-il attendu ?

S’il est réélu, il disposera d’un capital politique, d’une légitimité nouvelle, à utiliser sur les dossiers qui lui importent, comme les baisses d’impôts ou le Moyen-Orient. Ce dernier sujet est un gros enjeu. Le dialogue entamé avec l’Iran a beaucoup déplu au gouvernement israélien – très à droite actuellement- et au lobby pro-israélien aux USA. Obama a voulu mettre un terme aux colonies sur les territoires palestiniens, et il a échoué. Par contre, il a pour lui deux éléments intéressants : les militaires US sont de moins en moins alignés sur les politiques israéliennes. Ils soutiennent donc de plus en plus le Président, obligeant Netanyahou à changer quelque peu de position, notamment en ce qui concerne l’Iran. Deuxième élément en faveur d’Obama : les études montrent de plus en plus que les jeunes juifs américains ne se sentent pas très concernés par Israël et ne partagent pas les vues de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee). Obama dispose toujours du soutien d’une majorité de juifs américains et peut donc maintenant s’appuyer plus encore sur ce mouvement J-Street, plus modéré et moins en accord avec la droite israélienne. C’est une nouvelle fenêtre d’opportunité qui a déjà produit ses effets : les choses commencent à bouger. Obama aura donc plus de possibilité d’intervenir sur le conflit. Sans être pro-palestinien pour autant, il peut rééquilibrer sa position.

LIRE AUSSI: De l’importance de convoiter les Juifs américains

Quelles promesses non tenues lors du premier mandat pourraient l’être dans un second ?

On pense évidemment en premier lieu à Guantanamo. C’est une promesse de 2008 excessivement difficile à tenir. Il y a une opposition politique et juridique à déplacer et juger ces prisonniers sur le territoire américain. Mais il pourrait y parvenir.

LIRE AUSSI: Pourquoi Obama n'a-t-il pas tenu sa promesse de fermer Guantanamo?

barack obama,aipac,guantanamoSur le plan social, on peut espérer que le Président fera moins de compromis, notamment en matière de baisse d’impôts. Il y a également les promesses faîtes dans le domaine de l’éducation. Si les Démocrates parviennent à s’emparer de la majorité à la Chambre, il pourrait enfin lancer son plan. Sur les questions environnementales, cela restera très difficile car l’opposition interne reste importante. On peut aussi espérer une plus grande aide aux 3 millions de personnes qui, après avoir perdu leur maison, restent encore sans logement depuis la crise des subprimes. Il aura certainement plus de latitude pour mettre en place son ‘stimulus package’ en raison du regain de légitimité que lui apporterait sa réélection. Le plan de relance du Président comportait d’importants éléments relevant du keynésianisme [Ndlr : école de pensée économique selon laquelle l’Etat a un rôle à jouer pour assurer la relance] mais il s’est arrêté en 2009 parce qu’il a perdu la majorité au Congrès. Avant cela, ce plan avait permis de sauver beaucoup d’emplois et de relancer l’économie dans certaines régions comme le Michigan. Si les Démocrates récupèrent la majorité à la Chambre, il pourra s’adosser à ce soutien pour faire, à nouveau, du keynésianisme. Mais, globalement, il n’y a pas de grands changements à attendre.

Propos recueillis par Caroline Grimberghs

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.