Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

30/10/2012

Une surprise d'octobre pour Obama

october surprise, sandy, hurricane

Atlantic City-New Jersey

Une « surprise d’octobre » est une spécialité américaine. Pas culinaire. Politique. Ainsi sont nommés les évènements inattendus survenant endéans le mois d’octobre, quelques jours donc avant le scrutin présidentiel qui, tous les 4 ans, se tient le premier mardi de la première semaine du mois de novembre. L’ouragan Sandy pourrait en être une.


october surprise,sandy,hurricaneUne catastrophe naturelle déboule sur la côte Est des Etats-Unis, obligeant les deux candidats à suspendre leur campagne. Le candidat Obama redevient Président et a une opportunité de montrer, à une semaine des élections, que le commandant en chef, c’est lui. S’il gère mal l’affaire, il peut au contraire pousser les indécis à opter pour son adversaire Mitt Romney.

Pour le moment, il s’en sort bien, bénéficiant même des félicitations de ses opposants : Chris Christie, gouverneur républicain du New Jersey, saluait ce matin la  "très bonne coopération" avec le Président Obama. La nuit passée, l’ouragan Sandy touchait terre. Les deux hommes se sont entretenus trois fois. "Le président a été formidable. (...) Il n'a pas parlé une seule fois des élections" a déclaré Christie. Quelques heures plus tôt, lors d’une déclaration à la presse, à un journaliste qui lui posait une question sur la campagne, le Président Obama avait répliqué : « La priorité est de faire en sorte de sauver des vies (…) A ce stade, je ne suis pas inquiet de l'impact sur l'élection. Je suis inquiet de l'impact sur les familles, et je suis inquiet pour les secouristes. » L’homme n’entend pas être critiqué sur sa gestion de la crise, comme l’avait par exemple été son prédécesseur, George W. Bush lors du passage du meurtrier ouragan Katrina en 2005.

De son côté, le candidat républicain doit parvenir à occuper l’espace médiatique sans donner l’impression d’utiliser la catastrophe à des fins électoralistes. Contrairement à Obama, il n’a pas de rôle précis à endosser et tente donc de multiplier les visites aux victimes, si possible sous l’œil des caméras.

Lors de la convention républicaine à Tampa, la tempête Isaac avait fait craindre à Romney un scénario 'à la Katrina'. Mais si un ouragan peut détruite un Président, il peut peut-être, aussi, le remettre en selle.

C.Gri.

Les commentaires sont fermés.