Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/09/2014

Les élections de mi-mandat aux USA, comment ça marche ?

midterm,barack obama,democrats,republicansCe 4 novembre, les Américains se rendent aux urnes pour les « midterm elections », les élections de mi-mandat. Si la politique belge est compliquée, que dire du système politique des Etats-Unis d’Amérique ? Un rappel des règles n’est pas superflu pour comprendre ce qui se trame de l’autre côté de l’Atlantique.

 


Le mi-mandat dont on parle, c’est celui du Président. Barack Obama a été réélu il y a deux ans et remettra les clés de la Maison-Blanche à son successeur en 2016. Au milieu de son mandat, donc, ont lieu les élections législatives. Comme en Belgique, le pouvoir législatif est composé de la Chambre des Représentants et du Sénat. Ces deux assemblées forment ce que l’on appelle le Congrès. Celui-ci est chargé de voter les lois et le budget de l’Etat, il définit la politique fiscale et doit approuver toute déclaration de guerre (dans les faits, une abstention constructive du Congrès suffit). Concrètement, une proposition de loi doit passer par la Chambre et le Sénat avant d’être promulguée par le Président.

Tous les deux ans, les Américains sont appelés à se rendre aux urnes pour renouveler le tiers du Sénat et la totalité de la Chambre des Représentants. Le Sénat est composé de 100 élus, à savoir deux par Etat. Ce 4 novembre, ce sont donc 36 sièges qui sont remis en jeu (21 sont actuellement détenus par des Démocrates, 15 par des Républicains). A la Chambre, les 435 sièges sont à pourvoir.

Pour le Président, les élections de mi-mandat représentent non seulement un intéressant sondage à deux ans des prochaines élections présidentielles permettant de déceler le degré de satisfaction des citoyens. Mais, au delà de cela, aux Etats-Unis, la composition des Assemblées joue un rôle essentiel dans la politique que pourra mener le Président.

Le dispositif institutionnel américain tel qu’il existe oblige le pouvoir exécutif, incarné par le Président, à coopérer avec le pouvoir législatif, incarné par le Congrès. Pour exercer le pouvoir, il est indispensable d’atteindre des compromis. Depuis 2010, et le basculement de la Chambre des Représentants du côté républicain, les débats sont vifs entre les deux branches du pouvoir. Le Congrès a en effet tendance à s’affirmer davantage face à la Maison-Blanche lorsque l’une des deux Chambres au moins est de bord opposé au Président. Actuellement, les Démocrates disposent d’une majorité au Sénat (55 sièges), que les Républicains espèrent bien leur ravir. Il leur suffirait, pour cela, de faire basculer 6 des 36 sièges remis en jeu ce 4 novembre dans leur escarcelle. Les Etats sur lesquels les Républicains mettent le paquet sont la Virginie Occidentale, le Montana, le Dakota du Sud, la Caroline du Nord, le Colorado et l’Iowa. A la Chambre des Représentants, les Républicains sont déjà majoritaires depuis 2010 et espèrent bien le rester.

Caroline Grimberghs

Les commentaires sont fermés.