Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/10/2014

Obama à bout de souffle

obama,romney,paul ryan,marco rubio,rand paul,midterms,democrats,republicans

Soufiane Alsabbagh, spécialiste du parti Républicain, revient pour nous, sur les élections de mi-mandat et ce qu’il estime être une victoire annoncée du camp Républicain. « Il faudrait véritablement un miracle pour que les Républicains ne reprennent pas le contrôle du Sénat le 4 novembre prochain. Les Démocrates ont déjà perdu le Dakota du Sud avec certitude, la Virginie Occidentale aussi ». Or, il ne faut que 6 sièges supplémentaires aux Républicains pour s’octroyer la majorité à la Chambre haute. Pour Soufiane Alsabbagh, « les Républicains savent qu’ils vont gagner ». Pourquoi, dès lors, une campagne si virulente ? 


Les mots choisis par les Républicains sont d’une violence extrême, allant jusqu’à parler de destruction du pays par Barack Obama. « Ils veulent garder l’avantage » explique Soufiane Alsabbagh. « On assiste à une sur-dramatisation uniquement en vue de récolter des fonds. Ils en font beaucoup, parlant de désastre etcetera, mais ce n’est que stratégique. En réalité, le bilan d’Obama est loin d’être mauvais. Les chiffres sur l’économie notamment sont excellents ». Cela ne suffira pourtant probablement pas aux Démocrates pour conserver le contrôle du Sénat.

obama,romney,paul ryan,marco rubio,rand paul,midterms,democrats,republicans« Le Parti Démocrate a perdu pieds localement, depuis 2010 et la précédente élection de mi-mandat. De plus, pour un Président en 2e mandat, la défaite aux midterms est quasiment inévitable. Il est très difficile de mobiliser la base, d’autant que les électeurs démocrates sont plus jeunes et voient moins l’intérêt de se déplacer. Beaucoup risquent de rester à la maison alors que les électeurs Républicains, plus âgés, vont, eux, aller voter plus massivement. » Soufiane Alsabbagh parle d’ « élections de la fatigue » : « Les idées ne sont plus là, les Démocrates sont à bout de souffle ».

Doit-on, dés lors, s’attendre à une crispation totale de la politique américaine pour les deux prochaines années avec un pouvoir exécutif démocrate et un pouvoir législatif républicain? Soufiane Alsabbagh précise que, traditionnellement, les deux dernières années d’un Président en fin de course sont des années de stagnation. Une situation encore renforcée par une différence idéologique importante : « Les deux partis ne sont quasiment d’accord sur rien. Il est intéressant d’observer que, depuis 2012, le Congrès passe de moins en moins de lois et est complètement paralysé. Mais le dynamisme de la politique américaine de ces deux prochaines années dépendra en fait fortement du candidat que les Républicains se choisiront pour 2016. S’il s’agit d’un candidat émanant du pouvoir législatif, la Chambre ou le Sénat, les choses risquent d’être complètement figées. Il pourrait s’agir de Paul Ryan, Marco Rubio ou Rand Paul, par exemple. Dans ce cas-là, les Républicains n’auront absolument aucun intérêt à soutenir des réformes initiées par Obama. Par contre, si le candidat républicain vient d’ailleurs, au vu de l’énorme déficit d’image du parti, les compromis seraient nécessaires pour montrer aux Américains qu’ils ont changés et qu’ils sont constructifs ». Et de citer, dans ce deuxième scénario, la possible nomination de … Mitt Romney.

Pour Soufiane Alsabbagh, spécialiste du Parti Républicain, « la prochaine élection présidentielle ne sera pas celle du renouveau ! ». Ni chez les Républicains, ni chez les Démocrates …

Caroline Grimberghs

Les commentaires sont fermés.