Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/06/2015

"Le nom des Bush génère des sentiments mitigés chez les Républicains"

bush.jpg

Pour l'instant, il ne fait "qu'explorer activement la possibilité de se présenter", selon ses propres termes, mais Jeb Bush est déjà dans le viseur de nombreux médias et experts. Qui est véritablement celui qui pourrait obtenir l'investiture du Parti Républicain? Quels sont ses points forts et ses points faibles? Comment peut-il gérer la filiation qui est la sienne? Un fardeau ou un tremplin? Plusieurs experts de la vie politique américaine nous ont aidé à y voir plus clair.


jeb bush,george w. bush,george h. bush,hillary clintonHans Noel, professeur de Sciences-Politiques à Georgetown University, estime avant toute chose qu'il est trop tôt pour considérer Jeb Bush comme le candidat naturel des Républicains. "Il a en face de lui un nombre considérable de challengers" explique-t-il. "Jeb Bush est très clairement apprécié par un certain nombre de leaders du parti, notamment par ceux qui veulent à tout prix éviter la nomination d'un 'extrémiste', issu du Tea Party par exemple, ou en tout cas idéologiquement très conservateur. Mais les puristes tiennent des positions de plus en plus importantes au sein du parti et ceux-là n'apprécient pas particulièrement Jeb Bush".

Pour ce spécialiste de Georgetown, son illustre nom de famille ne jouerait pas un rôle fondamental: "C'est un plus car les gens retiendront plus facilement son nom et qu'il peut bénéficier des connections très larges dont dispose la famille Bush dans le parti. D'un autre côté, il va inévitablement devoir se différencier des autres Bush, et ce ne sera sans doute pas simple". Matt Dallek, professeur assistant à l'Université George Washington, ajoute, dans la colonne des + que Jeb Bush va pouvoir bénéficier d'importantes sommes d'argent, ce qui est loin d'être négligeable dans une campagne présidentielle aux Etats-Unis. En ce qui concerne les aspects plus difficiles d'une candidature d'un Xième Bush, Dallek explique: "Jeb Bush va très clairement bénéficier de l'image positive de son père, vu dans la population américaine comme un Homme d'Etat d'expérience. Mais il va aussi devoir assumer le fait que son frère a quitté la Maison-Blanche avec un taux de popularité parmi les plus bas que les USA aient connu. Le nom des Bush provoque, au sein du Parti Républicain, des sentiments mitigés".

Jeb Bush, 51 ans, a rejoint la famille 7 ans après George W. Deux frères (Neil et Marvin) et une sœurjeb bush,george w. bush,george h. bush,hillary clinton (Dorothy) suivent encore mais n'ont pas marché dans les pas de leur père. Après quelques années passées dans le Midland, la famille Bush s'installe au Texas. Dans son autobiographie "Instants décisifs", George W. Bush dit de son frère: "Jeb a toujours été plus sérieux que moi. Il était intelligent, décidé,  entreprenant sur tous les plans". Quelques décennies plus tard, Jeb Bush deviendra Gouverneur de Flordie. Et demain, Président des Etats-Unis? Tous s'accordent à dire que Jeb Bush disposent des capacités requises pour se lancer dans la course à la Maison-Blanche après ses deux mandats à la tête de l’État important de Floride. "Il serait un candidat fort" estime Matt Dallek, "mais il va devoir définir clairement de quelle manière il se distingue de autres Président Bush".

Quant à la possibilité de le voir affronter Hillary Clinton, la perspective d'un deuxième combat Bush X Clinton est qualifiée de "divertissante" par Hans Noel. Toutefois, Noel complète: "Ce combat ne serait, sur le fond, pas différent d'un autre. N'importe quel candidat démocrate défendra les même principes politiques que Hillary Clinton et n'importe quel candidat républicain défendrait les mêmes idées que Jeb Bush".

jeb bush,george w. bush,george h. bush,hillary clintonDans les quelques semaines à venir, d'autres Républicains pourraient plus que certainement eux-aussi entrer dans la course et dans l’œil du cyclone. Le Parti devra alors trouver celui qui incarne l'équilibre entre deux aspects fondamentaux pour une Présidentielle: "D'abord, les décideurs au sein du Parti vont tenter de pousser la candidature de quelqu'un dont les positions politiques sont proches des leurs. Ensuite, ils veulent quelqu'un qui peut gagner. Pour ce qui est de la deuxième condition, je pense que Bush est un bon candidat. Mais en ce qui concerne les positions politiques, on ne peut pas dire qu'il se positionne bien dans ce 'nouveau' parti républicain, nettement plus conservateur que par le passé. Le Parti va devoir mettre en balance ces deux 'conditions' et tous au sein du parti républicain ne vont pas considérer l'équilibre de la même façon".

Caroline Grimberghs

 

Les commentaires sont fermés.